Home > Actualités > Revenus des agriculteurs en 2012 : des aides de la PAC ...
Partager sur :
POLITIQUE AGRICOLE COMMUNE
11.07.2013

Revenus des agriculteurs en 2012 : des aides de la PAC déconnectées de la réalité des revenus

La Commission des comptes de l’agriculture a publié le 3 juillet les chiffres mis à jour des revenus agricoles pour 2012. Si le niveau moyen du revenu, tous types d’exploitations confondues, confirme son record historique, il en est de même pour les disparités internes.

Pour un niveau moyen de revenu par actif de plus de 38 000 euros, les exploitations de grandes cultures dans leur ensemble ressortent à près de 77 000 euros et celles spécialisées dans l'élevage bovin allaitant à 17 000 euros, soit un écart historique de 1 à 4,5. Ces écarts sont encore plus marqués selon les départements (1 à 6,5 entre la Creuse et la Seine-et-Marne) et ce sans prendre en compte les disparités individuelles encore plus grandes.

Dans le même temps, les aides directes par actif de ces deux catégories de producteurs ressortent à des niveaux sensiblement équivalents de l'ordre de 32 000 euros. Les aides apparaissent donc plus que jamais sans rapport avec les difficultés économiques rencontrées par les exploitations. Pour 100 euros d'aides reçues, le revenu d'une exploitation de grandes cultures dégage un revenu de 235 euros, soit un supplément de 135 euros lié à l'activité de production. Dans une exploitation d'élevage bovin allaitant, pour 100 euros d'aides reçues, le revenu ressort à 52 euros, ce qui signifie que 48 euros en provenance des aides sont utilisés pour payer les charges.

Si certaines mesures prévues dans la réforme de la PAC* 2014-2020, en orientant mieux les aides vers l'élevage, vont dans le bon sens, la nécessité de redonner plus de souplesse dans l'attribution des aides par plus de couplage et de mesures de gestion des marchés apparaît clairement sous peine de conduire à l'abandon de certaines productions.

Fort de ce constat, nous demandons au ministre de l'agriculture Stéphane Le Foll, une redistribution significative des aides de la PAC* en faveur de l'emploi, en utilisant toutes les mesures de la réforme de la PAC* à disposition pour corriger ces inégalités (convergence totale et couplage des aides aux productions de ruminants, plafonnement, bonification forfaitaire des premiers hectares...).

Le rôle de ces aides directes étant le soutien des revenus des agriculteurs qui en ont besoin, il est scandaleux que les dépenses de la PAC* aient été et soient encore distribuées de manière aussi inique dans le but de conforter des rentes de situations.

A l'heure des restrictions budgétaires dans les budgets nationaux, comment justifier qu'une PAC* réformée jusqu'en 2020 puisse continuer à verser aveuglément autant de généreuses subventions injustifiées ? La réforme de la politique de soutien des revenus agricole, via un usage plus ciblé et efficace des aides publiques pour l'emploi et l'environnement, c'est maintenant, et c'est en France qu'elle se décide.

***

Les chiffres de la commission des comptes de l'agriculture

***

Contact presse :

Samuel Féret, Coordinateur du Groupe PAC* 2013 : 06 08 83 12 35

samuel.feret@pouruneautrepac.euwww.pouruneautrepac.eu

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Dordogne
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne
Salle n°7, Centre Jules Ferry, 24 100 BERGERAC - 05 53 57 47 26