Home > Actualités > L'obligation de “puçage” des ovins et caprins est reportée.
Partager sur :
ELEVAGE
13.05.2013

L'obligation de “puçage” des ovins et caprins est reportée.

Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a annoncé, au congrès de la Confédération paysanne à Nevers, le report de l'obligation de poser des boucles électroniques sur les brebis adultes.

Ces derniers mois, la colère des éleveurs de brebis se faisait de plus en plus forte sur cette obligation, qui devait prendre effet en juillet prochain, d'identifier les brebis avec des boucles faites d'une puce électronique.

Ce qui engendre notamment un coût supplémentaire important pour les secteurs d'élevage caprin et ovin viande et lait, à l'heure les charges augmentent fortement et que les revenus sont souvent inférieurs à la moitié du SMIC*.

Les éleveurs ont constaté depuis longtemps que les efforts de traçabilité qu'ils ont fait ne sont pas répercutés par les opérateurs « aval », comme l'atteste entre autre exemple l'affaire Spanguéro ou le constat que les commerçants et abatteurs n'utilisent pas de lecteurs de boucle. D'autre part 14 pays de l'union sont dispensés de ces mesures puisque le système d'identification antérieur (deux boucles simples par animaux) garantit déjà amplement la traçabilité.

Ces contraintes et surtout la façon dont elles sont appliquées et contrôlées sont forcement vécues comme ayant pour seul but de raboter, voir de supprimer les primes, particulièrement aux petits éleveurs , sans bénéfice ni sanitaire, ni qualitatif pour le consommateur ou la collectivité.

L'annonce par le ministre de l'Agriculture de la fin de l'obligation de « pucer » l'ensemble des troupeaux avant fin 2014, permettra de soulager la pression de charges sur les éleveurs ovins, dans ces périodes économiques difficiles.

La Confédération Paysanne de Dordogne se réjouit, même si la victoire n'est que partielle, puisque l'objectif est d'assouplir les obligations administratives tout en garantissant la traçabilité. En ce sens, il est impératif de mettre fin à l'obligation d'identification électronique des agneaux destinés à la boucherie, ainsi que de proposer seulement sur une base volontaire, le puçage de l'ensemble du troupeau. D'autre part, nous demandons à rencontrer l'administration pour améliorer la pédagogie et agir préventivement afin d'éviter les sanctions très lourdes consécutives à des contrôles pas toujours cohérents.

La Confédération Paysanne de Dordogne

Contact : Hervé Cadart, 05 53 54 20 24 , 06 82 56 27 26

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Dordogne
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne
Salle n°7, Centre Jules Ferry, 24 100 BERGERAC - 05 53 57 47 26