Dordogne

COMMUNIQUE DE PRESSE

1000 vaches, des peines allégées, mais le combat continue !

17.09.2015

 

Les neuf militants et militantes de la Conf viennent de voir leur culpabilité confirmée par la cour d'appel d'Amiens. Le juge n'a cependant pas suivi la démesure de la première instance en prononçant des peines d'amende avec sursis plutôt que la prison. Les trois militants poursuivis seulement pour refus de prélèvement ADN sont quant à eux dispensés de peine.


Cette remise en cause du procès en première instance est importante. Cependant ce sont toujours neuf lanceurs d'alerte qui sont condamnés. Face à cela, depuis trois mois, il est établi que Michel Ramery est dans une totale illégalité (avec près de 800 vaches au lieu de 500 autorisées à ce jour).


Les fermes-usines sont donc loin d'être condamnées, alors qu'elles sont le fer de lance d'une dérive qui a conduit à la crise actuelle. L'actualité prouve que l'action de la Confédération paysanne était non seulement légitime mais que l'alerte que nous avons lancée aurait dû être entendue.

 

Notre mobilisation face à l'industrialisation de l'agriculture ne faiblira pas ! En Aquitaine, nous continuerons à nous mobiliser contre les fermes-usines notamment celle de 12 000 porcs à St Symphorien (33).


Contacts :
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne