Dordogne

PRODUITS DE QUALITÉ : NOS POSITIONS

Relocalisation Autonomie pour les paysans, Produits de qualité pour les consommateurs

Depuis cinquante ans, le modèle agricole productiviste a fortement restructuré les exploitations : agrandissement et spécialisation, productions standardisées, modes d'alimentation uniformisés etc…

La Confédération Paysanne a toujours défendu un modèle d'agriculture paysanne : paysans nombreux sur des fermes à taille humaine, productions diversifiées au cœur de territoires vivants et variés.

Aujourd'hui, près d'un paysan sur quatre produit, transforme et vend tout ou partie de ses produits en circuits courts, avec des volumes de production limités.

Alors que la demande des consommateurs et des collectivités locales croît, les producteurs fermiers doivent pouvoir continuer à offrir des produits de qualité, réalisés selon des recettes traditionnelles, sans additif chimique ou de synthèse.

Situation en Dordogne :

  • La première activité économique en Dordogne est le tourisme, qui s'appuie sur une image de terroir vivant, aux productions agricoles très variées et renommées.
  • L'ensemble des filières du Périgord mise sur cette image de qualité et de production fermière.
  • Les producteurs fermiers ne doivent pas devenir une simple image qui fait vendre des productions de plus en plus industrielles.
  • Notre territoire nous offre renommée et reconnaissance, profitons de cette chance pour maintenir et développer des productions fermières authentiques, source de revenus et d'emplois.

Objectifs

Développer l'autonomie des paysans par la possibilité de produire, transformer et commercialiser leurs produits, sur des fermes à taille humaine, avec des normes adaptées.

Permettre à tous d'accéder à des produits de qualité.

Redonner toute sa dimension culturelle au métier de paysan : autonomie alimentaire dans les élevages, agronomie, etc.

Nos revendications

Clarifier l'usage du terme « produit fermier » : assurer une réelle transparence et valoriser les labels de qualité.

Maintenir les abattoirs et ateliers de transformation de proximité, favoriser la création d'abattoirs à la ferme ou de petite taille.

Faciliter l'accès des collectivités territoriales aux produits locaux.

Gagner des normes adaptées à l'agriculture paysanne : normes d'hygiène spécifiques, simplification administrative, contrôles appropriés des autorités sanitaires, règles environnementales cohérentes.

Réimplanter une agriculture paysanne dans les ceintures vertes des grandes agglomérations.

Agir aussi les circuits longs : les paysans doivent recréer des coopératives dont ils ont la maîtrise et ne pas laisser partir les dernières coopératives à taille humaine dans le giron des grands groupes.

Inscrire la relocalisation dans le cadre de la PAC*, avec des mesures en faveur des petites fermes et des circuits courts.

Apporter un soutien technique spécifique pour les petits producteurs.

 

Ce que disent nos adversaires
  • La priorité de la FNSEA* est de développer des filières dites compétitives. En refusant le plafonnement des aides et la limitation de la taille des ateliers, elle encourage l'industrialisation des productions fermières ou biologiques.
    Elle accompagne des normes sanitaires dont les critères sont de plus en plus excluants.
    Comme elle ne peut s'opposer aux productions de qualité, elle mélange tout (bio, raisonné, intensif écologique) et sème la confusion auprès des consommateurs. Elle ne raisonne qu'en termes de marketing et non en termes de qualité.
  • La Coordination rurale ne croit qu'en la liberté d'entreprendre : pour elle, toutes les agricultures se valent !
MOBILISATIONS
Stop TAFTA !
Le Grand marché transatlantique ne se fera pas !
en savoir +

Procès des 1000 vaches
28 octobre 2014 à Amiens, mobilisation en soutien aux militants de la Conf'
en savoir +

Terres de schiste
La Confédération Paysanne soutien la campagne Terres de schiste initiée par Les Amis de la Terre
en savoir +
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne