Dordogne

COMMISSION INTERRÉGIONALE DES ABATTOIRS : KÉZACO ?

Aquitaine/Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées

Nous sommes la première inter-région à avoir eu le privilège (?) de la mise en place de ce type de commission. Les autres inter-régions commencent à s'organiser et ensuite quand tout le monde aura bien avancé, nous aurons droit à une réunion nationale.

Le rôle de cette commission : réorganiser, restructurer, moderniser, permettre la compétitivité et la rentabilité, tout un tas de gros mots que l'on adore, nous à la conf', et qui signifient, ça a été clairement dit lors de la première réunion en juin 2012, supprimer des abattoirs. Accessoirement, nous devons aussi donner un avis favorable ou non pour l'octroi de subventions dans le cadre de dossiers de financement pour la modernisation, l'ajout d'ateliers (découpe, distribution…) ou la mise aux normes de ces abattoirs ou de ceux qui resteront.

Dans notre inter-région, nous avons 54 abattoirs pour 18 départements qui « produisent » environ 350 000 tonnes. Il parait que ça fait beaucoup… Mais la situation est très hétérogène : 3 départements sont favorisés et ont encore 5 ou 6 abattoirs (Pyrénées atlantiques, Dordogne et Aveyron) ; d'autres n'ont plus qu'un seul abattoir (surtout le cas en Languedoc-Roussillon où les éleveurs qui veulent faire abattre doivent souvent faire plus de 100 km pour rejoindre un abattoir).

Le 14 février, on nous a présenté une étude qui a été réalisée dans les 3 régions : état des lieux des outils d'abattage du bassin sud-ouest. Dans cette étude 50 abattoirs sur 54 ont été enquêtés et 70 usagers (aucun paysan enquêté dans les 70, seulement les gros usagers) ; aucune donnée sur le côté emplois induits. Deux remarques cependant :

70% du volume abattu dans les abattoirs de petite taille (moins de 2000 tonnes) va pour la vente directe, soit chez les éleveurs soit chez des bouchers artisans).

80% du volume abattu dans notre inter région est abattu dans les abattoirs industriels privés (grands groupes, type Bigard)

Lors des réunions de cette commission, la conf est représentée et fait entendre sa voix : à chaque fois nous avons beaucoup insisté sur la nécessité de maintenir et de recréer des abattoirs de proximité en insistant sur leur rôle de service public, de maintien de l'emploi, d'élément essentiel pour des territoires vivants. Et finalement notre message semble avoir été entendu car l'administration a décidé de créer un groupe de travail sur les abattoirs de proximité. Est-ce un subterfuge pour nous mettre dans un groupe de travail « voie de garage » ? Ou de ce groupe sortira-t-il des propositions concrètes qui pourront être mises en œuvre ? Affaire à suivre...

Michèle ROUX, Paysanne en Dordogne

MOBILISATIONS
Stop TAFTA !
Le Grand marché transatlantique ne se fera pas !
en savoir +

Procès des 1000 vaches
28 octobre 2014 à Amiens, mobilisation en soutien aux militants de la Conf'
en savoir +

Terres de schiste
La Confédération Paysanne soutien la campagne Terres de schiste initiée par Les Amis de la Terre
en savoir +
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne