Home > Actualités > Mortalité des abeilles : les apiculteurs et apicultrices ...
Partager sur :
ABEILLES
12.06.2018

Mortalité des abeilles : les apiculteurs et apicultrices périgourdins ont besoin d’un soutien fort pour continuer leur métier

La Confédération paysanne de Dordogne soutient et appelle à rejoindre la manifestation organisée ce mercredi 13 juin 2018 à 13h30 à Périgueux (allée Tourny) par le Groupement de défense sanitaire apicole (GDSA) de Dordogne pour dénoncer les mortalités importantes de ruches en Dordogne, la situation désespérée des apiculteurs et apicultrices, le silence des Ministères de l’agriculture et de l’environnement et les effets nocifs des pesticides sur les abeilles.

Depuis plus de 20 ans, les apiculteurs et apicultrices dénoncent les effets délétères des pesticides systémiques. Ce printemps, ils sont nombreux à constater une hécatombe de leurs colonies. En Dordogne, à la mi-mai, selon les 1ères estimations du GDSA, on compte un tiers du rucher périgourdin mort (3080 ruches mortes). L'État a jusqu'à présent refusé de procéder aux analyses toxicologiques précises nécessaires pour confirmer ou infirmer les hypothèses de mortalité par les pesticides. Alors même que différentes analyses ont été réalisées en Dordogne, les résultats se font toujours attendre…

Le 1er septembre prochain, l'interdiction des néonicotinoïdes doit entrer en vigueur en France. Dans le même temps, le gouvernement examine la possibilité de délivrer des dérogations pour certains usages entre 2018 et 2020. La France, qui a voté au sein de l'Union européenne pour l'extension de l'interdiction de trois néonicotinoïdes tueurs d'abeilles à toutes les cultures de plein champ, doit agir en cohérence et renoncer à user du droit de dérogation pour appliquer une interdiction totale pour toutes les cultures dès 2018.

De nombreux paysan-ne-s en France, en bio ou en conventionnel, travaillent déjà sans ces pesticides grâce à une approche systémique : diversification des assolements, utilisation de variétés adaptées à chaque région, maintien et réimplantation d'un maillage d'espaces naturels… Ce sont ces pratiques qu'il faut promouvoir et soutenir afin d'accompagner l'interdiction et permettre de continuer à produire durablement. Les politiques agricoles doivent envoyer un signal fort en soutenant fermement ces pratiques.

La Confédération paysanne de Dordogne en appelle donc à Madame la Préfète et à l'administration en Dordogne afin qu'ils interpellent les ministres de l'Ecologie et de l'Agriculture, pour qu'ils viennent constater les mortalités sur le terrain et échanger avec les apiculteurs et apicultrices. Les Ministres doivent aussi faire en sorte que les recherches et les analyses aboutissent. Les apiculteurs et apicultrices de Dordogne et d'ailleurs sont excédés d'être culpabilisés et souhaitenent de la reconnaissance. Ils ont besoin d'un soutien fort pour continuer à exercer leur métier. Rejoignons-les ce mercredi !

Contacts : Peter Esnault, apiculteur, 06 08 22 30 65 ; Lionel Petit, apiculteur, 06 48 67 07 34

NOUS CONTACTER Confédération paysanne de Dordogne
Tous droits réservés - Confédération Paysanne de Dordogne
Salle n°7, Centre Jules Ferry, 24 100 BERGERAC - 05 53 57 47 26